Le village

Photo de Durrenbach
Photo de Durrenbach

Durrenbach a été cité pour la première fois sous le nom de « Grewenbach » en 1106 dans un document signé par l’Empereur germanique Henri V. La commune est située sur une colline en bordure de la Vallée de la Sauer, à 170 m au-dessus du niveau de la mer.

Son ban s’étend sur une superficie totale de 529 ha, dont 201 ha de terres cultivées, 228 ha de prés et pâturages et 96 ha de vergers, jardins, terrains bâtis, etc…  À part quelques peupleraies et des bosquets de saules et d’aulnes en zone humide, le territoire de la commune ne comporte aucune surface boisée. En 1647, il ne restait à Durrenbach que seize chefs de famille, alors qu’avant la guerre de Trente ans (1618-1648), le village en comptait soixante.

L’agriculture et l’artisanat rural furent pendant des siècles les seules activités économiques des habitants. La découverte d’une nappe de pétrole en 1891 à seulement 150 mètres de profondeur bouleversa leur destinée. Subitement, on vit pousser par-ci par-là des tours en bois animées par des machines étranges du jeune ingénieur Antoine Raky. C’est là qu’il mit au point son invention, un système de forage à battage rapide qui fit le tour du monde. Cette aventure se prolongea par celle de Pechelbronn et Durrenbach devint un village d’ouvriers-paysans vivant au rythme des saisons et de la production de l’or noir de la concession. Les brasseries et les commerces fleurirent.

Malheureusement, cet eldorado fut de courte durée. La fièvre du pétrole retomba dès 1906. Durrenbach possédait l’une des neuf gares sur le tronçon de l’ancienne ligne de chemin defer Walbourg-Lembach et la présence de celle-ci était d’un intérêt capital pour l’implantation de la raffinerie de pétrole qui trouvait là une voie de communication indispensable à l’expédition de ses produits. Pendant la période allemande, cinq à six trains de voyageurs parcouraient quotidiennement la ligne. En 1936, le service était assuré par quatre omnibus, un mixte (voyageurs-marchandises) et un direct Strasbourg Lembach.

Après la seconde guerre mondiale, le trafic voyageurs a été supprimé. Un locotracteur diesel remplaça les machines vapeurs pour effectuer le transport des marchandises. En 1992, les rails ont été arrachés et la voie déclassée. La gare a été vendue et l’infrastructure de la voie transformée en piste cyclable. En 1954, on s’approvisionnait en eau à des puits ou plutôt des citernes dont le contenu était presque toujours pollué et qui se trouvaient souvent à sec. On l’avait son linge dans le Bieberbach. En 1962, on installa le réseau d’eau potable dans la commune et en 1965 on posa les premiers éléments du réseau d’assainissement déversant les eaux usées dans le Bieberbach.

Durrenbach n’est ni le plus grand, ni le plus petit village de l’Outre Forêt et forme ainsi une entité à taille humaine où il fait bon vivre.